La gestion des relances

Le nombre de relances dont un coach dispose a un impact majeur sur la manière dont il peut jouer. Le tableau des probabilités donne une bonne idée à quel point il est handicapant de ne plus avoir de relances.

Alors, de combien de relances avez-vous besoin ?

Mathématiquement, ce sont 4 relances qui peuvent être distribuées en le plus de variantes sur 8 tours de jeu. Toutefois, le nombre de relances d’une équipe devrait se situer en 2 et 5 selon le style de jeu du coach et le nombre de relances personnelles (compétences) des joueurs. Par exemple: si votre équipe contient beaucoup de compétences Blocage, vous diminuez drastiquement votre dépendance aux relances.

Comment jouer en fonction du nombre de relances restantes ?

Sans relances
Votre jeu devrait être minimaliste sans prise de risques et en ne faisant que ce qui est nécessaire. Si vous avez le ballon, positionnez vous pour assurer votre touché.

1 relance
Vous devez être au courant qu’il y a plusieurs petites malchances dans un tour de jeu et parfois une grosse malchance (exemple : double crânes sur un blocage majeur). Vous devez conserver cette relance pour la grosse malchance et, en ce sens, vous abordez votre tour de jeu comme si vous n’aviez pas de relance.

2 relances
Vous êtes essentiellement bien soutenu pour aborder les situations critiques comme ramasser le ballon et le faire voyager. Débuter un match avec seulement deux relances est uniquement pour les coachs très solides peu sujets aux erreurs.

3 relances
Vous avez à peu près le minimum pour jouer un match. Plus souvent qu’autrement, c’est suffisant si tout va bien mais un coach va parfois se retrouver dans l’eau chaude lorsque les dés le détestent particulièrement. Vous devez être économe et bien positionner vos joueurs de manière à ce que les petits échecs sans trop d’importance ne viennent pas miner votre jeu. Lorsque la première moitié de la mi-temps se passe sans accrocs, vous pouvez augmenter votre prise de risques en seconde moitié de mi-temps.

4 relances
Avec une relance tous les deux tours de jeu, vous êtes très solide. Le premier tour est le plus critique et votre première relance y sera parfois brûlée, vous obligeant à aborder le reste de la mi-temps à la manière de 3 relances. Toutefois, s’il vous reste encore 4 relances à votre deuxième tour de jeu, vous êtes typiquement en d’excellentes dispositions.

Plus souvent qu’autrement, ce sont les derniers tours d’une mi-temps qui sont les plus critiques et il est sage de s’assurer d’avoir une relance pour chacun de vos derniers tours de jeu, ceci faisant partie de la notion de timing (contrôle sur le jeu) qui sera abordée dans un autre article.

Durant ces derniers tours de jeu, si vous êtes en défense, vous voudrez augmentez la pression puisque vous devez à tout prix prévenir un touché car vos chances de riposter sont plus faibles qu’en première-moitié de mi-temps. Une relance disponible vous autorisera à augmenter votre prise de risque. Si vous êtes en attaque, ils serait dommage d’échouer si près du but parce que vous êtes à court d’une relance.

5 relances
Vous entrez dans le luxe. Essentiellement, vous disposez d’une relance supplémentaire et si vous n’en brûlez pas une au premier tour, vous désirerez presque vous en débarrasser. Sauver un joueur important qui a fait une bourde sans conséquence majeure devient subitement une avenue intéressante à explorer. Relancer un « Repoussé » devient soudainement envisageable. De plus, même si une relance est utilisée dès votre premier tour de jeu, vous êtes toujours en solide position pour qu’il vous en reste à vos derniers tours.

6 relances
C’est correct d’avoir 6 relances, mais, essentiellement, vous chercherez à vous en débarrasser… surtout si votre premier tour de jeu se passe sans accroc. Votre plus gros problème est maintenant que vous ne pouvez utiliser qu’une seule relance par tour.

7 relances
Gaspillez-les. Littéralement.

8 relances
Vous en avez acheté trop.

Vous aimeriez peut-être

Écrire un commentaire

  Souscrire  
Me notifier des