S’améliorer par la reconnaissance

Le diable est dans les détails. Je peux rouler neuf pows suivis d’un crâne. De quoi est-ce que je me souviens? Du crâne, bien sûr! Eh bien, il semblerait que je ne suis pas le seul. Des recherches démontrent que, malheureusement, nous sommes tous optimisés pour retenir principalement le négatif. Évidemment, ronchonner sans cesse n’aide pas à devenir un meilleur coach. Alors, comment pouvons-nous combattre notre penchant négatif naturel? Selon plusieurs recherches, pratiquer la reconnaissance pourrait aider.

Sachant cela, j’ai tenté une nouvelle approche consistant, avant chaque match, à être reconnaissant envers un jet de dés ayant façonné mon équipe. Par exemple: «Je remercie ce jet +AG sur mon receveur». Tout allait bien jusqu’à ce qu’un adversaire me réponde: «Taureau, ce +AG provient d’un touché que ton receveur a compté lors de notre match précédent. Mais pour compter, ton blitzeur a dû lui ouvrir le chemin jusqu’à la zone des buts. Si tu étais vraiment reconnaissant, tu le remercierais ainsi que tous les autres joueurs qui ont contribués à ce touché. Sans leur contribution, ton receveur n’aurait pas pris un niveau»… et j’ai pensé: «Hum. Voilà une idée intéressante!»

En quête de reconnaissance

J’acceptai la proposition de quête de mon adversaire et commençai à vaillamment reculer dans le temps en le remerciant d’abord de ne pas avoir marqué mon blitzeur. J’ai ensuite remercié mon blitzeur pour avoir roulé un defender stumbles. Mais, il n’aurait pas pu faire correctement son travail sans la compétence Tacle. J’ai donc remercié ce jet de compétence très ordinaire et remercié mon choix de compétence très conservateur. J’ai continué cette quête aussi loin que ma mémoire le permettait en remerciant les nombreux jets de dés et décisions ayant permis à mon blitzeur de fracasser des os et de prendre un niveau. Pour faire une histoire courte, j’ai même remercié tous les coachs que j’ai affrontés et qui ont contribués à faire de moi un coach compétent.

C’est ainsi que je me suis rendu compte que le +AG de mon receveur, comme presque tout au blood bowl, résultait de la combinaison de milliers et de milliers de jets de dés, de décisions de coaching et d’expériences de jeu. Pows ou crânes, six ou fumbles, relancer ou assumer, jouer All In ou défendre en colonnes, risquer la victoire ou annuler, alouette. Cette pensée étourdissante m’a rappelé l’extraordinaire interconnectivité du tout blood bowl.

Être reconnaissant envers son adversaire

J’ai remercié mon adversaire pour sa proposition de quête. Son nom est Frakasscrane et c’est l’un des adversaires les plus optimistes que vous pouvez rencontrer. Il est immuablement souriant et enthousiaste. Mais même pour l’increvable Frakasscrane, être un coach peut être difficile parce qu’il rencontre des gens dans un état très critique. Vous savez tous de quoi je parle: la compétitivité.

Frakasscrane m’a raconté que ce qu’il trouve le plus difficile est lorsque des coachs le rabaissent au niveau d’une intelligence artificielle. Par exemple, lorsqu’ils roulent des pows et des jets d’armure sans même lever les yeux du terrain. Hors, alors qu’il me racontait ça, j’ai réalisé que… je suis aussi parfois un de ces trouducs. Et à ce moment, j’ai fait le voeux de toujours prendre le temps d’établir un contact visuel avec mon adversaire. Parce que c’est un rappel que je joue contre un être humain qui, comme n’importe quel autre coach, a ses hauts et ses bas. Et aussi parce que ce petit moment de connexion est réellement important à notre humanité et à notre bonheur.

Être reconnaissant envers le pow tout comme le crâne

Frakasscrane m’a ensuite retourné la faveur en me partageant comment rouler un blocage à trois dés comme un pro. Évidemment, c’est un rituel complexe qui éparpille les dés sur le terrain. J’ai ensuite essayé sa méthode et roulé un triple crânes. Mais dans l’inspiration du moment, j’ai longuement laissé les crânes sur le jeu afin de méditer sur la cruauté mais aussi sur la douceur du moment. Cette idée de savourer est importante car la reconnaissance est un art qui consiste à prendre une pause afin de retenir un moment le plus longtemps possible. Et aussi à ralentir le temps afin qu’un match ne s’évanouisse pas dans un gigantesque flou, comme ils le font trop souvent.

Certains coachs ont peur que la reconnaissance les transforment en de complaisantes bêtes de Nurgle. Bien au contraire, la reconnaissance motive à partager, ce qui est une source très importante de croissance. Moi-même, je l’ai expérimenté. Oui, je suis toujours un bâtard égocentrique comme tout minotaure respectable devrait l’être. Mais être reconnaissant m’a inspiré à aider d’autres coachs à s’améliorer. Je ne m’attends certainement pas à un Bloodlitzer ou un truc du genre, mais c’est déjà un petit quelque chose. Et c’est pourquoi je vous encourage à pratiquer la reconnaissance. Parce que ça va transformer votre coaching.

Vous aimeriez peut-être