Nuffle - Blood Bowl Art

3. Les Équipes

À noter que cette page est en construction, que ma réflexion est continue, et que davantage de points y sont ajoutés une fois de temps en temps.

0. Rien n’est juste au blood bowl, pas même la composition des équipe.

1. Certaines races sont radicalement meilleures au sortir de la boîte alors que d’autres atteignent leur apogée à la suite de nombreux matchs joués. Quelques rares races ne sont jamais bonnes et n’ont pas d’apogée.

2. Il y a cinq types de races au blood bowl.

  1. Les agiles
  2. Les musclées
  3. Les versatiles
  4. Les stunties
  5. Les hybrides

3. Il y a un effet de roche-papier-ciseaux au blood bowl.

  1. Les races agiles ont l’avantage sur les races muslées par leur agilité à esquiver les coups et par leur avantage marqué en vitesse leur permettant de capitaliser sur les maladresses
  2. Les races musclées ont l’avantage sur les races versatiles par leur avantage en force et par la difficulté qu’ont les versatiles à les esquiver pour profiter de leur avantage en vitesse
  3. Les races versatiles ont l’avantage sur les races agiles parce qu’ils possèdent aussi des joueurs rapides et possèdent un avantage en force et en résistance à un coût plus faible

4. Tous les types de races ont statistiquement l’avantage sur les stunties.

5. L’avantage statistique procuré par l’effet de roche-papier-ciseaux est mineur à un point tel qu’aucun coach avisé ne saurait en prendre ombrage.

6. Environ la moitié des races du jeu se trouvent sur le palier statistique supérieur. Les statistiques des équipes situées sur ce palier sont similaires à un point tel qu’aucun coach avisé ne saurait trembler à l’idée d’affronter une autre race située sur ce même palier.

7. Néanmoins, logiquement, vous êtes mieux de sélectionner l’une des races située dans le top-5 statistique du blood bowl si vous souhaitez remporter un tournoi – à la condition que vous sachiez bien la coacher.

8. Toujours logiquement, coacher une race située dans le top-5 est davantage critique lors des tournois grandement achalandés que lors des petits tournois de quartier.

8. Ceci dit, les mauvais coachs ont tendance à perdre même lorsqu’ils dirigent les meilleures équipes du blood bowl. Ça n’est pas parce que la race que vous avez choisie est statistiquement dominante que vous allez gagner.

9. Les mauvais coachs ont aussi tendance à perdre lorsqu’ils choisissent judicieusement leurs compétences. Ça n’est pas parce que vous avez scrupuleusement suivi un guide de compétences trouvé sur le Web que vous allez gagner.

10. Les succès d’un coach sont bien plus influencés par ses propres habiletés de coaching que par sa race et compétences choisies. Ceci dit, un coach habile sait en tirer un immense profit.

11. Un coach habile tire aussi un immense profit de la race et des compétences choisies – ou omies – par son adversaire.

12. Dans une petite ligue de quartier, un coach dominant à la tête d’une équipe statistiquement très forte et judicieusement développée peut à lui seul dégoûter ses pairs du blood bowl et faire imploser la ligue.

13. C’est ainsi que, par soucis de sportsmanship, un coach dominant sa petite ligue de quartier aura tôt fait de choisir une race plus faible qu’il pourra équiper de compétences sous-optimales afin d’offrir un défi plus accessible à ses pairs.

14. Évidemment, cette approche sied moins à une ligue compétitive où c’est au plus fort la poche.

15. Construire une équipe composée de joueurs compétents et adéquatement supportés est coûteux en nombre de matchs joués, en pièces d’or et en points d’expérience. Les chances sont minces d’y arriver en économisant du temps et de l’argent, et en se fiant abusivement aux compétences aléatoires.

16. Vous devez connaître les forces et les faiblesses de votre équipe autant à la défensive qu’à l’offensive, et choisir les compétences appropriées. Certains joueurs font naturellement d’excellents défenseurs alors que d’autres sont plus doués pour un style de jeu agressif.

17. Il y a un point de retour diminutif sur investissement autant pour les compétences de force, de passe que d’agilité. Il est sage de ne pas dépasser ce point optimal lorsque vous développez votre équipe.


L’Art du coaching

TABLE DES MATIÈREs

  1. L’Art du coaching
  2. Préambule
  3. Les équipes
  4. Les stratégies
  5. Le terrain
  6. Les tactiques
  7. Vous-même
  8. Vos adversaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Panier